The Mist (2008)

Ici, le F.R.I.S.S.O.N. du film The Mist !

The Mist (2008)


réalisé par Frank Darabont.
écrit par Frank Darabont, d’après la nouvelle de Stephen King, Brume (The Mist).
Film Américain
126 minutes (2h06) – Horreur, Mystère, Angoisse, SF.
INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS !

Frayeur potentielle – 45%
Révulsion – 🤢🤢
Inquiétude – 🙈🙈🙈
Stupeur – 😱😱
Son – 🎵🎵
Oppression – 😰
Noir – 👺👺👺👺

(Si vous l’avez manqué : ICI, la page concernant la notation des films !)

Synopsis : Tandis qu’une brume étrange semble envelopper une petite ville du Maine, David Drayton et son jeune fils Billy se retrouvent pris au piège dans un supermarché, en compagnie d’autres habitants terrorisés. David ne tarde pas à s’apercevoir que le brouillard est peuplé d’inquiétantes créatures… Leur seule chance à tous de s’en sortir consiste à s’unir. Mais est-ce possible quand on connaît la nature humaine ?

Thèmes principaux : Survie, Invasion, Huit clos, Monstres, Autres Dimensions.
Mentions spéciales :  Adaptation roman, fin exceptionnelle.

👺 L’avis du Croque-Mitaine 👺

The Mist, adaptation d’une nouvelle de Stephen King, est dans l’ensemble un film correct. En effet, il ne brille pas non plus, mais il a quand même plusieurs atouts dans sa manche. Premièrement,  le scénario est, pour le coup, vraiment très fidèle au roman, ce qui n’est pas nécessairement le cas (de manière générale, ou plus particulièrement pour le cas des adaptations des romans / nouvelles de King). Seule la fin est un rajout, absente du livre donc, mais qui apporte une plus-value inestimable au film (quand bien même la fin du livre est aussi très appréciable ! )

Côté frissons, le film n’en est pas dépourvu non plus ! Plusieurs monstres et bêtes (pour les unes, suggérées grâce à des bruits et pseudo-aperçus à travers le brouillard, d’autres clairement visibles) ne laisseront pas le spectateur insensible. Qui plus est, leurs provenances et leurs aspects « d’ailleurs » ajoutent une dimension plus effrayantes à ces créatures tout autant hideuses que dangereuses. Mais c’est aussi, en partie, là où le bât blesse.

En effet, le film aurait pu mieux exploiter la brume et les créatures qui y résident, qui somme toute, ne font pas tant d’incursions au sein du super-marché que ça (deux fois, l’une par exploration dirons-nous et l’autre par accident, causant une panique générale un peu risible), les monstres, dehors ayant l’air passif, malgré les cris et le vacarme qui provient de la supérette. De manière complètement inverse, un personnage fait un pas dehors et c’est la mort assurée.

Ainsi, on se retrouve cloîtrer au sein d’une supérette alors que la situation imaginée par Stephen King, cette brume renfermant des créatures monstrueuses représentait le cadre idéal pour asseoir une véritable ambiance de terreur ouvrant, d’ailleurs, de meilleurs possibilités pour une critique de la société humaine à travers des dilemmes ou autres choix cornéliens, comme celui de la fin, qui vous donnera une grosse claque et vous hantera des heures durant.

Ainsi, on se retrouve avec une vibe pseudo-religieuse où la plus démente / sagace (mais ça on l’ignore au début) des personnes prend le contrôle d’une communauté à l’esprit facilement influençable par les événements, qui font tout pour donner l’impression d’une fin du monde (on reconnaît là bien King, comme dans Dôme). Malgré tout, il ne faut pas se détourner de ce film : les personnages ont tous une psychologie et un caractère si différent qu’on s’immerge dans le film, en prenant parti également, d’une façon ou d’une autre. Ils forment à eux tous, une critique de l’Amérique moderne avec les différentes idées qui y sont dominantes, à l’instar du père de famille, les chasseurs fanatiques des armes, la folle catholique qui voit le diable partout, les soldats en sachant un peu sur ce qui se passe avec les expériences de la base militaire.

Pour les plus peureux, c’est un bon défi !
Pour les courageux, vous serez agréablement surpris par la dose d’adrénaline que le film peut procurer !
Pour les experts, c’est un divertissement, plus centré sur la réaction d’une petite communauté livrée à elle-même en des temps on ne peut plus troublés !

5 commentaires sur “The Mist (2008)

      1. Je te recommande « Dôme » si tu as vraiment aimé The Mist (même la nouvelle issue du film également) ou encore « Marche ou crève » qui sont des romans vraiment sympas pour s’initier à King ! Enfin, moi ce fut mon parcours ! :p

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s